L’activité de la Haute-Savoie reste mitigée

L’activité de la Haute-Savoie reste mitigée
Photo d'illustration

Les données du 1er trimestre montrent des situations très différentes d’un secteur à l’autre.


Selon les chiffres de conjoncture de la CCI Haute-Savoie, l’activité la plus touchée reste le tourisme. Les nuitées ont baissé de 62%, -1 milliards d’euros pour les remontées mécaniques haut-savoyardes. L’autre secteur accolé au tourisme c’est le commerce qui a subi la fermeture administrative et le couvre-feu (et notamment les restaurants). La construction, elle, est stable mais risque d’accuser également le coup dans quelques temps avec une baisse de 25,9% des logements autorisés en un an en Haute-Savoie. Ca va un peu mieux que prévu par contre pour l’industrie. Les carnets de commande sont mieux garnis et les moyens de production sont utilisés à hauteur de 78%.

Le détail de cette note de conjoncture du 1er trimestre en Haute-Savoie :

INDUSTRIE : Une tendance mieux orientée que prévue

Même si certaines entreprises sont encore en sous-activité (notamment celles en lien avec le marché de l’aéronautique), la situation s’est globalement améliorée pour l’industrie avec un taux d’utilisation des moyens de production à plus de 78 % et des carnets de commandes mieux garnis en France (mais encore insatisfaisants à l’export). Le secteur industriel est toutefois confronté à des tensions sur les matières premières, sur certains composants et en termes de ressources humaines (arrêts liés au Covid mais également difficultés à recruter).

COMMERCE EXTERIEUR : Echanges commerciaux orientés à la hausse au 1er trimestre

- importations : 1,138 milliard soit + 11,3 % par rapport au 1er trimestre 2020
- exportations : 1,388 milliard soit + 8,2 % par rapport au 1er trimestre 2020


COMMERCE : Des situations difficiles mais contrastées
La conjoncture reste compliquée dans un contexte de couvre-feu et de nouvelles fermetures administratives, et alors que les soldes ont été sans effet notable. Mais la situation est contrastée selon les branches : elle est mieux orientée pour l’équipement de la maison, dans une moindre mesure pour l’équipement de la personne -avant le 3ème confinement- et pour la santé-beauté (dont les indicateurs demeurent toutefois à un niveau insuffisant) ; cela reste difficile pour la culture-loisirs-cadeaux et ce trimestre, l’alimentaire connait un recul.

TOURISME : Une saison catastrophique
La fermeture des remontées et des bars-restaurants, le couvre-feu puis le 3ème confinement pour les commerces et les restrictions de déplacement ont provoqué, dans les Pays de Savoie, une baisse des nuitées marchandes de 62 % (- 42 % pour les stations villages et - 72 % pour les stations d’altitude), une perte en retombées économiques de près de 90 % (soit - 5 Mds dont environ 20 % pour la Haute-Savoie) et des taux d’occupation à 21 % (- 37 points). La fréquentation a surtout reposé sur les résidences secondaires et les activités nordiques.

ARTISANAT : Une légère dégradation en ce début d’année
Ce 1er trimestre connait un recul des indicateurs, recul plutôt maitrisé mais plus ou moins marqué selon les secteurs. L’alimentaire est confronté à une baisse mais de façon contrastée selon les professionnels et les services connaissent soit -au mieux- une stabilité soit un léger retrait ; pour la fabrication, la situation est difficile car les indicateurs se maintiennent mais à un niveau jugé encore trop bas. Seul le secteur du bâtiment artisanal semble résister au contexte dégradé de ce début d’année (malgré des problèmes d’approvisionnement).

SERVICES : Un niveau d’activité globalement insuffisant
En ce qui concerne les services aux particuliers, les restaurants continuent évidemment à être affectés par le confinement (65 % des répondants ont toutefois mis en place de la vente à emporter) et le secteur de l’immobilier a connu un léger rebond ce trimestre mais qui reste insuffisant. Le niveau d’activité ne progresse pas pour le transport toujours confronté à une absence de visibilité. A l’inverse, la tendance favorable dont bénéficient les services aux entreprises se confirme mais de façon moins marquée que fin 2020.

AGRICULTURE : Une période plutôt bien gérée
La production laitière est soutenue avec un marché plutôt favorable pour les fromages. Les cours sont bien orientés pour la viande (avec des consommateurs qui reviennent vers les produits français) et ils sont satisfaisants pour les céréales, les légumes et l’arboriculture (qui a depuis subi un épisode de gel qui va réduire les récoltes). La météo a également touché la viticulture déjà fragilisée ce trimestre par la perte de son 1er débouché avec la fermeture des restaurants et la faible fréquentation touristique.

CONSTRUCTION & LOGEMENT : Des logements autorisés et commencés en chute
Sur 12 mois glissants, les logements autorisés diminuent de 25,9 % à fin février (Région AuRA : - 20 % et France : - 17,4 %) et de - 34,8 % à fin mars. Les logements commencés sont également en baisse de 17,2 % à fin février (Région : - 8 % et France : - 9,1%) et de 12,1% à fin mars. Ces tendances vont forcément à terme impacter le BTP qui reste aujourd’hui sur une progression (plus modérée toutefois), malgré des délais d’approvisionnement rallongés, la hausse des matières premières et la faiblesse de la commande publique pour les TP.

EMPLOI : La Haute-Savoie la plus impactée d'Auvergne-Rhône-Alpes
Au 1er trimestre 2021, la demande d’emploi Catégorie A (sans emploi) a progressé sur un an de 24,3 % (+ 9 160 demandeurs d'emploi) soit la plus forte hausse d'Auvergne Rhône Alpes en volume, et de 4,5 % par rapport au trimestre précédent (+ 2 020 demandeurs). La Haute-Savoie compte 46 840 demandeurs d' emploi fin mars. En 2020, notre département a perdu 12 600 emplois salariés dont les 2/3 dans les activités hôtellerie/restauration. Les Déclarations Préalables à l’Embauche enregistrées entre décembre 2020 et février 2021 ont diminué de 36,7 % par rapport à la période décembre 2019/février 2020, notamment pour les CDD (en lien avec la fermeture des remontées) ; néanmoins, la progression de l’intérim constitue un signal fort, annonciateur d’un possible redémarrage à court terme.