Une pharmacienne crie sa détresse dans une lettre ouverte sur les réseaux sociaux

Une pharmacienne crie sa détresse dans une lettre ouverte sur les réseaux sociaux

Un appel à l’aide déchirant

Depuis la pandémie, de nombreuses mesures sanitaires se sont succédées, dont celle de faire tester les enfants. Désagréable pour les adultes, le prélèvement nasopharyngé l'est d'autant plus pour les enfants comme le rappelle une pharmacienne en pleine détresse sur son compte Instagram

Appelée Lara sur les réseaux sociaux, la jeune préparatrice en pharmacie explique être submergée par les attentes des parents, et du gouvernement, et avoir beaucoup de mal à faire face à la demande de test, notamment chez les enfants qui se font désormais tester régulièrement : 

Je suis devenue celle qui fait pleurer les enfants pour les tester coûte que coûte, explique la pharmacienne. Les enfants pleurent, se débattent, hurlent à la mort, sont maintenus de force par leurs parents, eux aussi à bout. Parfois, je refuge de tester un enfant dans ces conditions, et c’est alors que le parent me supplie en pleurant de tester et d’infliger cette souffrance à son enfant sinon il ne pourra pas retourner à l’école et le parent doit travailler, donc l’enfant doit aller à l’école le lendemain 

 Vous pouvez lire l'intégralité de la lettre ouverte via la publication intégrée ci-dessous.